A cheval sur le Vengeron

Vengeron

En 1815, lorsque le Grand-Saconnex devint commune genevoise, on délimita la nouvelle frontière par des bornes de pierre, encore visibles aujourd’hui. Un siècle plus tard s’ouvrirent deux cafés et, dès 1945, on vit se côtoyer les grands de ce monde et les humbles habitants du quartier.

Douaniers

Julien Jacquot, ancien douanier, décrivait l’atmosphère de l’époque : «Après la guerre, la région était tranquille. Les gens allaient volontiers au Café de la Limite, chez Blandin, l’épicerie du côté suisse, pour en rapporter un peu de sucre, du tabac, des bas nylon passés en fraude, mais rien de grave. Durant les patrouilles de nuit, avec nos souliers cloutés et nos cigarettes, on devait nous repérer de loin !»

Expo Limite invitation

Invitation

Ce contenu a été publié dans Uncategorized. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire