Voltaire à Ferney 1759-1778

Le petit lever de Voltaire (Jean Huber)

Ecrivain célèbre mais éternel fuyard, Voltaire avait dû se réfugier à Londres, puis à Cirey chez Emilie du Châtelet, puis à Potsdam auprès de Frédéric de Prusse, puis à Genève où ses « Délices » n’eurent qu’un temps : on ne joue pas impunément le théâtre dans la cité de Calvin… Loin des calvinistes et plus loin encore des soldats du roi de France, Voltaire finit par jeter son dévolu sur une pauvre bourgade, à deux pas de Genève mais en territoire français : Fernex.

Ce contenu a été publié dans Uncategorized. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.