Loriot Jacques

Jacques Loriot nous a quittés le 10 janvier 2022 à l’âge de 75 ans. Venu du Mans, il avait suivi dans le pays de Gex son frère Jean, qui venait de créer à Ferney une agence d’assurances. Les Mutuelles du Mans, bien sûr…

Jacques et sa famille vivaient à Versonnex mais Jacques entretenait avec Ferney un lien très particulier et très fort. Excellent bouliste, il avait fait partie – et longtemps présidé – la Boule Ferneysienne, dont le clos se trouve entre la Mairie et la Poste.

Jacques Loriot était né au Mans le 12 janvier 1947. Germaine et René, ses parents, lui avaient donné deux frères, Roger (décédé en 1980) et Jean, disparu en 2021. Il était né dans une famille dont la passion sportive était la « boule lyonnaise ».

Au Mans d’abord avec leur papa, à Ferney ensuite, où ils sont venus en 1988, ils ont pratiqué ce sport au niveau local, bien sûr, mais aussi régional et national.

Jacques avait fait des études de comptabilité, métier qu’il a exercé tout au long de sa vie professionnelle, en France et en Suisse. D’une grande discrétion, il ne parlait guère de vie de famille, à Versonnex, mais ses proches savaient que sa deuxième passion était ses petites-filles adorées.

Nicole et Jean Loriot avec leurs petites-filles

Atteint par la maladie, Jacques s’est battu jusqu’au bout, sans ménager sa peine, au point de s’engager à nouveau, en 2021, à la présidence de la Boule Ferneysienne, à un moment où plusieurs défections mettaient le club en réel danger.

La maison de la famille Loriot au Mans

Jean Loriot et son frère Jacques s’étaient installés dans le pays de Gex à la fin des années 1980 mais ils n’ont jamais oublié la ville de leur enfance, le Mans, ni les copains de cette époque. Les liens sont restés si forts qu’il ne se passait pas une année sans que les frères Loriot retournent dans le quartier de leurs premières années, ou que leurs copains d’alors viennent passer quelques jours avec eux dans le pays de Gex.

Bernard Cavalli, Jacques Loriot, Jean Loriot et Samuel Loriot

C’est d’ailleurs Alain, un des meilleurs amis de Jacques (et son beau-frère) qui est venu du Mans pour assister à la cérémonie d’adieu. Sur la tombe de son copain disparu, il a prononcé un très beau texte, que nous tenons à partager ici avec vous.

L’adieu d’Alain à Jacques

Jacques, Jacquot , nous avions dix ans à peine, nous étions deux copains, tu habitais au 56 et moi au 62 de cette rue Voltaire au Mans ,qui était notre terrain de jeu. Le soir, entre deux passages de voitures, nous jouions au foot et nous avons appris à faire du vélo, sur les vélos de tes parents , bien trop grands pour nous, mais peu importe. Tantôt chez moi, à fabriquer dans l’atelier de menuiserie d’improbables chariots que nous essayions de faire rouler sur le trottoir. Le soir venu, nous partions à la chasse aux gros rongeurs qui se faufilaient dans la sciure et les copeaux de bois. Il faut le reconnaitre, je venais bien souvent chez toi, à tel point que ta chère maman me considérait comme son quatrième fils, disait-elle avec toute sa gentillesse. Nous transformions le salon en terrain de foot, je te revois encore sauter du piano sur le canapé pour arrêter des penaltys que je tirais de la salle à manger. Nous transformions la table de la salle en table de pingpong ou le jardin en billodrome pour d’interminables parties de billes.

Bien sûr il y avait l’école mais ce n’était pas notre préoccupation première. Le premier arrivé attendait l’autre sur les marches du 56. Nous avons eu quelques moments difficiles avec les parents, les cigarettes  et les allumettes retrouvées mal cachées dans les billes de bois ou les abricots de la voisine, qui disparaissaient mystérieusement, nous ont valu quelques moments orageux. Et d’autres sur lesquels je ne m’étendrai pas, mais que nous avions plaisir à nous remémorer.

A douze ou treize  ans commence ta passion pour la boule lyonnaise, passion transmise par ton papa qui, rappelons-le, était président de ton club de cœur, l’UACS. Il était également président départemental et régional et vice-président de la fédération. Passion transmise également par tes deux frères Roger et Jean, eux-mêmes des passionnés. Vous avez eu l’occasion de faire quelques concours ensemble, quadrettes cent pour cent Loriot. Nous allions jouer le samedi après-midi sur les terrains de Tesse, où tu faisais l’admiration de nos partenaires, des vieux d’au moins soixante-dix ans, qui te regardaient tirer les boules, la main en dessous, et bien sûr tomber dessus. Tu as rapidement constitué, vers quinze ou seize ans, une quadrette en cadets, avec nos copains Guy, François, Jean. J’étais beaucoup moins doué que toi et moins passionné. Vous étiez la terreur des concours sur toute la Sarthe et vous avez participé à beaucoup de championnats de France.

Puis, vers dix-sept ans, toujours les boules, mais d’autres centres d’intérêt. Les sorties du samedi soir, en boîte ou dans les bals de campagne, le basket, les camps de la JEC ou nous donnions du fil à retordre à nos accompagnateurs prêtres, mais toujours dans la bienveillance , nos premières amours , là aussi il y aurait beaucoup à dire, mais cela fait partie de nos souvenirs, que nous aimions partager avec nos copains, Joel et Michel, qui est présent aujourd’hui pour t’accompagner.

Dix-huit ans, ta première voiture nous ouvre d’autres aventures, les voyages, l’Italie, l’Europe du Nord. C’est à cette époque que l’on commence à entendre parler d’une certaine Nicole. Puis vient le service militaire, où je suis parti deux mois avant toi. C’est tout naturellement que tu me rejoins à la base aérienne de Tours. Nous sommes en mai 1968, ce fut notre fait d’armes à nous, consignés sur la base pendant tout le mois de mai à garder jour et nuit les avions et les dépôts d’essence.

Heureusement la R8 n’était pas loin derrière le mur pour faire un tour en ville ou un aller-retour au Mans, pour prendre des nouvelles de Nicole. Un matin de très bonne heure le moteur nous lâche à mi-chemin, bien sûr là où nous n’aurions jamais dû être là. Retour à la base, en stop, le plus discrètement possible. 1969, la grande année, disais-tu avec malice, puisque c’est l’année de ton mariage avec Nicole. Nous deviendrons beaux-frères six ans plus tard… Les choses sérieuses commencent, ton diplôme de comptabilité en poche, tu rentres chez Desnos, grossiste en matériel sanitaire. Tu t’acclimates très bien, puisque deux ans plus tard tu reprendras l’entreprise, avec deux de tes collègues, pour créer Desnos Brico Service, que tu dirigeras et développeras pendant quelques années.

La vie s’organise autour du travail, des boules et des fêtes mais le décès de ton papa et de ton frère Roger ont été des moments difficiles. Puis viennent les enfants, tout d’abord Samuel puis Guillaume et quelques années plus tard Benjamin. Tu es heureux, mais un jour, sur un terrain de tennis, tu t’écroules subitement. Massage de ta belle-sœur, pompiers, hôpital. Problème cardiaque, mauvais fonctionnement d’une valve, opération à cœur ouvert nécessaire. C’est sûr, tu ne reviendras pas vivant. Nicole est installée dans son magasin, les enfants sont prévenus, nous voilà partis tous les trois, direction l’hôpital de la Salpêtrière. Mais tu tombes entre les mains du célèbre professeur Cabrol et, trois semaines plus tard, tu es de retour au Mans avec une valve toute neuve, une belle fermeture éclair du nombril à la poitrine et un traitement à vie. Tu deviendras le spécialiste du dosage de Sintron, mieux que les médecins disais-tu, en enregistrant dans ton petit carnet la dose quotidienne.

La vie reprend, les sports d’hiver, avec les grand-mères et tous les enfants et amis, et ton frère Jean qui joue au moniteur de ski. L’été, c’est au bord du lac, que de moments de bonheur et de souvenirs à foison. Tu ne rateras pour rien au monde, à la Pentecôte, le concours de boules de Ferney , tu y viens avec ton équipe et c’ est l’occasion de weekend de rigolades. En retour, Jean vient au Mans à l’occasion du concours Loriot, en mémoire de votre papa. C’est là que nous avons l’occasion de faire connaissance de Bernard, Jacky et toute la bande.

Puis en 1988, un dimanche midi, au cours d’un repas, vous nous annoncez votre décision de partir pour rejoindre le pays de Gex. Ta chère maman est décédée, l’arrivée des grandes surfaces de bricolage t’oblige à envisager de t’agrandir mais tes associes sont plus frileux que toi. Tu décides donc t’arrêter.

Parti deux mois plus tôt chez Jean,  tu trouves un travail en Suisse et une belle maison à Versonnex. L’ année scolaire terminée, Nicole et les enfants te rejoignent. Une nouvelles vie commence, mais nous garderons toujours le contact, toutes les occasions sont bonnes pour se rassembler, les anniversaires, les mariages donnent lieu à des fêtes au cours desquelles tu aimais entamer des rocks endiablés avec Nicole. Tu aimes recevoir, tu aimes quand ta maison est pleine.

Les semaines de ski avec tes neveux et nièces, le soir venu, tout le monde se retrouve autour de la table. Nicole est aux fourneaux, je te revois debout au milieu de la cuisine, les bras croisés il faut bien le reconnaitre, à distiller quelques conseils à la cuisinière. Conseils qui n’étaient pas toujours bien reçus  et qui donnaient lieu à des échanges parfois musclés. Cela nous faisait sourire car c’était tellement attendu. Cela tournait surtout sur les quantités, tu devrais mettre un peu plus de ceci ou de cela. Tu obtenais souvent gain de cause, combien de gigots, de tartiflettes ou de lasagnes, la spécialité de Nicole, ont fini au congélateur dans l’attente d’un nouveau repas. Nous étions dix il y en avait pour vingt.

Et toujours les boules. Tu deviens le président de ton club, chassez le naturel il revient au galop. Tu as toujours joué, depuis le début de ta carrière de bouliste à seize ans, en tant que chef de quadrette. Tu étais un gagneur, rigoureux avec toi même et exigeant avec tes partenaires. Celui qui ratait sa boule avait droit à quelques réflexions bien senties. Tu n’aimais pas perdre, ce qui occasionnait quelques gestes d’humeur, mais pour peu de temps. Cela s’arrangeait souvent autour d’un verre et tu reparlais vite du prochain concours ou du lieu où tu allais manger.

Et puis il y avait tes petites filles, Eléa, Méline, Victoria, Elisa, Emma et Lili-May. Tu les adorais et elles te le rendaient bien. Tu aimais ces moments privilégiés où tu allais les chercher à l’école ou au collège et ou vous discutiez en tête à tête.

La vie était belle jusqu’à ce foutu coup de téléphone, à 18 h, en 2013, t’annonçant le décès accidentel de ton fils Benjamin. Le monde s’écroule. Quoi de plus atroce que de perdre un enfant dans ces conditions ? Tu auras du mal à t’en remettre, tu resteras prostré devant sa photo pendant des heures puis, petit à petit, grâce au courage de Nicole, des enfants petits et grands, du regard de ta petite Emma, tu parviendras à reparler de Benjamin.

Puis vient l’heure de la retraite, moment toujours un peu difficile pour quelqu’un qui comme toi à consacré du temps à son travail. Mais les boules te donnent l’occasion de te rendre utile comme tu savais le faire.

Les premiers symptômes de la maladie arrivent, ton caractère fait que tu ne veux pas y prêter trop attention. Mais la maladie gagne, opération, chimio, tu te bats mais rien n’y fait. Ultime coup dur en mars 2021, le décès soudain de ton frère Jean t’affecte énormément. Ta santé décline, Nicole est près de toi mais passe des moments très difficiles

En écrivant ces quelques lignes j’ai pris conscience que la machine à créer des souvenirs s’arrêtait, que nous n’aurions plus l’occasion, comme nous aimions le faire, de reparler de tous ces bons moments passés ensemble. A moins que, quelque part, personne ne sait où, nous puissions reprendre un jour nos aventures. C’est pourquoi je ne dis pas adieu mais au revoir. Nous garderons de toi l’image d’un homme bon. Nous t’aimons, je t’aime, Jacques, mon copain, mon ami, mon frère.

Alain

1 réflexion sur « Loriot Jacques »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.