Chasseurs alpins ferneysiens

PGR266c

La libération du Pays de Gex, en août et septembre 1944, ne signifiait pas pour autant la fin de la guerre. A l’est, les troupes allemandes ne se retiraient pas sans combattre et, au sud-est de la France, l’armée italienne s’accrochait, dans les Alpes provençales, aux reliefs qu’elle continuait à tenir. Privés de combats dans les Jura et le Doubs définitivement libérés, a plupart des FFI gessiens et ferneysiens se retrouvèrent sous la bannière du 24e BCA (Bataillon de Chasseurs Alpins) commandé par François Baillet, maître d’école à Ferney. Leur but: aller libérer le col de Larche encore tenu, au-delà de Barcelonnette, par les soldats italiens.

Lire la suite…

1939-1942: la Ligne de démarcation

La tentative d’occupation et d’annexion de l’Ukraine par la Russie ressemble assez à ce que fut l’invasion de la France par l’Allemagne nazie. La carte de la France « découpée » évoque d’ailleurs celles de l’Utraine telles qu’on nous les montre tous les jours à la télévision. Une raison de plus, à la veille du 8 Mai, de revenir sur ce que fut la guerre dans nos nos contrées.

L’Ain était coupé en deux. L’ensemble du département resta en zone libre, mais le Pays de Gex, frontalier avec la Suisse, fut déclaré en zone interdite, sauf une partie de la commune de Lélex (la mairie se trouvant en zone interdite), tandis que 5 ou 6 communes de Haute-Savoie furent incluses à la zone interdite.

Lire la suite

Qui se souvient ?

Qui se souvient de cette charcuterie ferneysienne, qui distribuait des buvards aux enfants des écoles ?

La famille Cogne, une histoire de Noël…

De gauche à droite: Stéphane Fréchin (7 ans), Rose Lapierre, Annette et Jean Cogne
dans la cuisine de La Paisible, à Ferney.

par Stéphane Fréchin

Lorsque j’ai entamé mes recherches en 1989, je me suis intéressé à l’origine de la famille Cogne, dont je suis le dernier descendant. J’ai donc posé des questions autour de moi et les réponses étaient toujours les mêmes : nous venions du val de Cogne, en Italie, dans la vallée d’Aoste qui était, à n’en pas douter, le lieu d’origine de la famille. Mes grands-parents, tout comme d’autres cousins, s’y étaient même rendus… Et pourtant, mes recherches amorcées à Chevry m’ont rapidement transporté tout près de là, à Vers, petite commune proche de Valleiry…

Lire la suite…

Jean-Jacques Bauswein

Jean-Jacques Bauswein vient de nous quitter. C’était un ami. Il avait créé l’Association des Mémoires Ornésiennes (AMO) et avait publié de nombreux ouvrages d’histoire locale.

Né à Strasbourg en 1944, Jean-Jacques avait une formation de pasteur protestant. Il était venu dans la région genevoise comme attaché de presse du Conseil Œcuménique des Eglises, de 1972 à 1981. Il avait ensuite été directeur du Foyer John Knox à Genève.

Avec nous, il s’était engagé pour la défense des bois de la Bagasse puis avait créé, à Ornex où il résidait, l’assocation à laquelle il a tant donné. Nous lui adressons, ainsi qu’aux siens, un salut amical et fraternel.

Volette: Une histoire ferneysienne

Elle se prénommait Odette mais Virgile, le premier enfant de ses voisins Rosa, ne savait pas dire Odette. Il l’avait appelée Volette. Alors des amis ont dit : ça te va beaucoup mieux qu’Odette, c’est plein de fantaisie et ça te va très bien. Pour le reste de ses sours, Odette Gros est ainsi devenue Volette.

« Je suis née le 12 mars 1907 à Ferney au premier étage de la maison qui se trouve rue de Meyrin, à l’angle du chemin de Florian, la maison Decorzant-Philipps. Mon père était Lucien Gros, il était né aux Brotteaux, presque en face de la maison où je suis née… « 

Lire la suite…

Hommage de Gilbert Chatillon à Jacques Miège

Extraits du texte lu par Gilbert lors de la cérémonie religieuse, le 20 janvier 2022.

A Jacques, mon ami, mon frère… A Susanne et leurs enfants…

Tes amis sont nombreux aujourd’hui pour t’accompagner dans cette église de Ferney où tu as été baptisé, enfant de choeur, fidèle choriste. Chacun de nous a eu la chance de te croiser, de faire avec toi un brin de route. Tu fus pour moi, avec ton ami Roger Verne, un des premiers à m’accueillir à Ferney. Avec vous je suis devenu ferneysien, j’ai trouvé des amis, les jeunes de Ferney ont été formidables avec moi comme ils l’ont été avec tous les jeunes Marmousets.

Lire la suite…

Jacques Loriot

Jacques Loriot nous a quittés le 10 janvier 2022 à l’âge de 75 ans. Venu du Mans, il avait suivi dans le pays de Gex son frère Jean, qui venait de créer à Ferney une agence d’assurances. Les Mutuelles du Mans, bien sûr…

Jacques et sa famille vivaient à Versonnex mais Jacques entretenait avec Ferney un lien très particulier et très fort. Excellent bouliste, il avait fait partie – et longtemps présidé – la Boule Ferneysienne, dont le clos se trouve entre la Mairie et la Poste.

Lire la suite…

Christiane Beudet

Christiane Beudet

Christiane Beudet était née le 10 juin 1941 et avait vécu à Ferney puis à Prévessin. Depuis août 2017, est était à l’EHPAD Villa Adelaïde de Hauteville, où elle est décédée le dimanche 16 janvier 2022. 

Christiane était la deuxième fille de Georges Beudet, dont la ferme se trouvait rue de Versoix, face à la menuiserie Deborne. L’aînée de la famille était Irène, qui avait épousé Emile Rion. Puis vinrent Jean-Claude et Marie-France, décédée en octobre 2020.

Christiane Beudet avait travaillé chez Henri Meylan, notaire, puis à l’UIT comme secrétaire et conférencière. Elle était très cultivée, très douce, toujours de bonne humeur. Elle s’est endormie dimanche. Ses funérailles auront lieu le vendredi 21 janvier à Hauteville.

Jacques Miège

Jacques Miège

Jacques Miège vient de nous quitter. Il aurait eu 89 ans en mars 2022. C’était un ami et un fidèle compagnon de route. Ses funérailles auront lieu le jeudi 20 janvier 2022 à 14h en l’église de Ferney.

Jacques était né en 1933 dans la petite maison que sa famille possédait au chemin de Vireloup. Son papa était un modeste agriculteur de ce quartier populaire de Valavran.

La Maison des Marais

Découvrez le portrait de Jacques Miège…

Gilbert Dubouchet

Gilbert Dubouchet

Gilbert Dubouchet nous a quittés au seuil de la nouvelle année 2022. Il avait 82 ans, avait fait la guerre d’Algérie puis avait tenu une boulangerie et un petit supermarché. Longtemps président de l’Amicale des Anciens d’AFN, il participait assidument aux cérémonies du souvenir.

En savoir plus…

Robert Dayer (1919-2021)

Robert Dayer (1919-2021)

Robert Dayer vient de nous quitter. D’origine valaisanne, il avait 102 ans et vivait à Ferney, avec sa famille, depuis un demi-siècle.

Son prénom à la naissance était Adolphe. Il y avait trois Adolphe à l’école et ce prénom était de toute façon ensuite bien trop difficile à porter après la Deuxième Guerre mondiale. Mais ce n’est pas la seule bizarrerie de mon père…

Papa est en fait né le 19 novembre 1919, à Hérémence, dans l’après-midi. Sa mère, Marie-Madeleine Sierro, sage-femme, envoya Pierre-Louis Dayer, mon grand-père, employé de la commune, déclarer la naissance à l’officier d’état civil. Mais Pierre-Louis, s’est arrêté au bistrot en chemin pour fêter la naissance de son fils avec ses amis …

Lire l’éloge prononcé par sa fille Véronique lors des funérailles, à Ferney-Voltaire, le 16 décembre 2021…

Jean Caretti, ancien Marmouset

Ancien Marmouset, Jean Caretti vient de nous quitter. Il avait 78 ans et vivait avec sa famille à Péron. Après son apprentissage, il avait travaillé comme ferblantier-couvreur à Genève. Au Ferney Football Club, il avait aussi été un joueur assidu et talentueux.

On le voit ici, lors du mariage de son frère André, en présence de l’abbé Boisson, qui célébrait ce jour-là le premier mariage d’un de ses chers Marmousets.

Jean Caretti avec Daniel Forte au siège de l’Amicale des Anciens Marmousets

L’Amicale des Anciens Marmousets, dont Jean était un membre très actif, nous fait savoir que les obsèques de Jean Caretti se dérouleront à Péron, ce vendredi 24 décembre, dans l’intimité familiale.

A son épouse Rose, à ses deux enfants et ses deux petits-enfants, nous adressons dans ces moments difficiles un message de chaleureuse fraternité.

AD

Stelio Scamanga

Solaire et discret, tel était Stelio Scamanga. Architecte puis artiste peintre, il avait aussi été le concepteur des « Anneaux » installés sur le rond-point de Prévessin. Au-delà de ses très nombreuses expositions à travers le monde, les Ferneysiens se souviendront de sa chatoyante installation à l’orangerie du château et d’une magnifique rétrospective à l’Espace Candide.

Né en 1934 à Damas, dans une famille de réfugiés grecs, il avait ensuite suivi ses parents au Liban, où il avait fait ses études et créé un bureau d’architecture, avant de rencontrer Le Corbusier à Paris et de s’installer pendant quatre ans en Arabie Saoudite. Arrivé en 1976 à Genève, il était passé par Ferney avant d’élire domicile à Prévessin, sa nouvelle patrie de cœur, à qui il avait offert les « Anneaux » et, plus encore, le superbe diptyque installé dans la petite église de Prévessin et dédié à Piero della Francesca, célèbre peintre du Quattrocento italien, auteur de la Légende de la Vraie Croix.

Lors des funérailles de Stelio Scamanga, qui se dérouleront ce mardi 21 décembre à 11 heures à l’église de Prévessin, nous penserons à son épouse, ses enfants, sa soeur et toute sa famille.

Découvrir d’autres images…

Site internet de Stelio Scamanga

1880: Une épidémie à Ferney

Le Dr Félix Gerlier fut maire de Ferney de 1875 à 1877, puis de 1890 à 1900. Il fut aussi et surtout le médecin de Ferney et des Ferneysiens. On lui doit en particulier une publication médicale consacrée à une épidémie qui affecta notre village ainsi que Saconnex et Collex… Les quelques exemples ci-dessous évoquent, pour quelques centaines d’habitants et avec de moindres enjeux, les questions et les inquiétudes qui sont aujourd’hui celles de toute notre planète, en ces temps difficiles de Covid-19.

Cet extrait montre aussi combien le travail de médecin était aussi celui d’un fin limier et combien, avec l’aide du maire qui lui avait succédé, la maréchaussée tenta d’étouffer quelques vérités médicales…

Exposé des faits par le Dr Félix Gerlier

No 1. A la fin de septembre 1879, je vis un domestique du collège de Ferney qui présentait sur les joues et le menton, dans sa barbe rasée de frais, des arcs de cercle et un anneau complet d’herpès circiné. Ce fait excita virement mon attention. Médecin de l’établissement, j’avais à craindre, outre la contagion de l’herpès, sa transformation eu teigne tondante, si le tricophyton se déposait sur le cuir chevelu des élèves. La rentrée devait avoir lieu vers le milieu du mois suivant. Je me hâtai donc de passer le crayon de nitrate d’argent sur les arcs et sur l’anneau, bien décidé à faire renvoyer ce domestique si je ne coupais court aux progrès du mal…

Lire la suite…