Andrew Brown

Andrew Brown vient de nous quitter. Ferney et Voltaire sont en peine. Nous ne le rencontrerons plus sur le marché de Ferney aux côtés d’Ulla Kölving, qui partageait avec lui sa passion pour le Siècle des Lumières et son amour pour Ferney. Nous ne le croiserons plus dans le château de Voltaire, où il avait présenté plusieurs expositions savantes. Nous ne retrouverons plus à l’Atelier du Livre, qu’il avait installé au centre de Ferney et pour lequel il avait fait construire et fonctionner une presse identique à celles qui avaient cours au temps de Voltaire.

Depuis de nombreuses années, Andrew présidait l’association Voltaire à Ferney, initialement créée par Lucien Choudin. Il dirigeait aussi le CIEDS, Centre international d’étude du XVIIIe siècle, publiant de nombreux ouvrages scientifiques diffusés dans les grandes universités et propageant ainsi l’image de Ferney aux quatre coins du monde sans que les Ferneysiens le sachent vraiment.

Citoyen britannique, Andrew Brown était d’abord venu à Genève, au Musée des Délices, pour assister Théodore Besterman dans la mise au point la Correspondancede Voltaire, aujourd’hui publiée par La Pléiade. Pour terminer cet immense travail, Andrew Brown avait suivi Théodore Besterman à Oxford pour la création de la Voltaire Foundation dont il deviendrait le directeur.

A Ferney, dans les dernières années du millénaire, la mise en vente du château de Voltaire éclata comme une bombe. Il fut finalement acquis par l’État en 1998. C’est à cette époque qu’Andrew et Ulla décidèrent de s’installer à Ferney afin de poursuivre, à l’ombre du Patriarche, leur long et inestimable travail sur Voltaire et le Siècle des Lumières.

Andrew Brown était un ami discret, fidèle, sensible et attentif. Tous ceux qui l’ont rencontré et qui ont travaillé avec lui éprouvent une grande reconnaissance et profonde tristesse. Nous avons aussi, bien sûr, une pensée émue pour Ulla.

Adieu Kako

Il se nommait Jacques Zaklikowski mais, pour nous tous, il était «Kako». La nouvelle vient de nous parvenir, Kako est décédé le 10 juillet à l’âge de 74 ans. Il était un enfant du vieux quartier des Brotteaux, où il a grandi avec sa grand-mère à la ferme Saint-Germain. Figure ferneysienne, il prêtait volontiers la main à la ferme Falquet et devint, plus tard, un sapeur-pompier assidu, efficace et engagé.

Il vivait depuis plus de dix ans à l’hospice de Tougin. Ses funérailles auront lieu le mercredi 19 juillet à 10h30 à l’église de Ferney.

A sa famille et à ses proches nous adressons un message de profonde sympathie.

Jean-François Obez

Nous venons d’apprendre la disparition de Jean-François Obez, maire d’Ornex depuis 2014, vice-président de l’Agglo du Pays de Gex et, surtout, notre ami. D’ailleurs, pour nous tous, il était simplement “Fafa”.

Dans les années cinquante, toute la famille s’était installée à Ornex lorsque le papa, Pierre Obez, avait été nommé sous-préfet de Gex. Les enfants faisaient évidemment partie de la vie ferneysienne. Plus tard, Dorine Obez épouserait le futur maire de Ferney, Pascal Meylan.

Jean-François avait étudié la mécanique des fluides. Ingénieur, il avait ensuite été, pendant 42 ans, directeur général de Johnson Controls et s’était provisoirement installé à Bruxelles avec Maryse, sa femme, avant de revenir travailler à Genève et vivre à Ornex.

Les obsèques de Jean-François auront lieu ce lundi 3 juillet à 9h30 en l’église d’Ornex.

A.D.

Michel Frère 1947-2023

Michel Frère était né dans le Val de Loire en 1947 et, pour lui, la route fut longue et passionnante jusqu’à son arrivée dans le Pays de Gex, la retraite venue. Au fil de son parcours militaire, il était devenu général de l’Armée de Terre. Passionné d’aventure, de sport et de cinéma, il fut en particulier, à Ferney, l’un des fondateurs de Culture et Cinémas et du Festival des Cinq-Continents. Sur les réseaux sociaux, depuis de nombreuses années, il annonçait à ses centaines d’abonnés le programme des événements culturels de la semaine .

Il avait tout pratiqué : le ski, le parachutisme, les drones, les radars, la géographie numérique, l’interprétariat et le renseignement. Sa carrière militaire l’avait d’abord mené en Algérie puis, bien plus tard, en Arabie saoudite, au Koweït et dans le Golfe persique.

Plus encore qu’un militaire de haut rang, il était un citoyen engagé et mettait ses connaissances au service des autres, avec gentillesse et discrétion. Ferney et le Pays de Gex lui doivent beaucoup. Nous saurons nous souvenir de l’ami Michel.

Marcel Amont

Marcel Amont vient de nous quitter à l’âge presque vénérable de 93 ans. Nous ne rappellerons pas ici tous ses succès, nous contentant de fredonner Escamillo, Bleu, blanc, blond, Le Mexicain ou Le chapeau de Mireille. Marcel Amont était venu à la Fête des Marmousets en 1961. Il chantait aussi On ne guérit pas de son enfance. Nous non plus…

Ci-dessous avec l’abbé Boisson sur les marches de la Maison des Marmpusets-Apprentis.

Dany Labory 1946-2023

Dany Labory à vingt ans avec les conscrits de Ferney (1966)

Dany vient de nous quitter. Il aurait eu 77 ans le 14 juillet.

Après un bref passage à l’orphelinat St Pierre, Dany s’était engagé à corps perdu dans la gymnastique. Comme entraîneur, il avait même été champion de France en 1976 dans la catégorie minimes fémininines. Sa vie professionnelle s’est déroulée à Genève dans une entreprise d’électricité. Mycologue averti, il courait les forêts du Pays de Gex, d’où il rapportait les meilleurs champignons dont il régalait ses amis. Une anecdote encore. Son anniversaire tombant le jour de la Fête nationale, il partageait, année après année, son plat préféré: moules-frites.

Salut Dany. Nous te retrouverons une dernière fois ce mercredi 1er mars à 15 heures pour la cérémonie d’adieu en l’église de Ferney. A tes sœurs Michèle et Marie-Jo, tes frères Jean-Louis et Marc, ainsi qu’à ta fille Pauline et ta petite-fille Emma, Ferney en mémoire tient ici à adresser un sincère message d’amitié.

Guy Heffner  1947-2023

Guy était l’aîné d’une famille de quatre enfants (trois garçons et une fille). A la suite du décès de la maman, renversée en 1957 par un chauffard, il connut, ainsi que ses frères et sa sœur, le pensionnat.  Le papa, douanier, plus tard président des Anciens combattants et prisonniers de guerre, ne pouvant assumer seul l’éducation de ses jeunes enfants, Guy et son frère Gilbert furent d’abord internes à l’orphelinat de Douvaine avant de rejoindre, en 1961, le Foyer des Marmousets et l’Abbé Boisson.

Guy fit un apprentissage de plâtrier-peintre à l’entreprise Costabelli, rue de Genève, à Ferney, avant d’effectuer son service militaire dans les parachutistes. A son retour, après un court passage dans une entreprise de peinture saint-genésienne, il trouva un emploi à Genève au Bureau International du Travail (BIT), place qu’il assumera jusqu’à sa retraite.

De graves ennuis de santé récurrents vinrent ternir sa fin de vie et il est décédé, après plusieurs hospitalisations rapprochées, ce 10 février.

Les funérailles auront lieu mercredi 15 février, à 10h30, en l’église de Ferney.

Ferneysiens du Monde

Appel

Notre prochain livre et notre prochaine exposition seront consacrés aux « Ferneysiens du Monde », ceux qui sont venus d’ailleurs pour vivre à Ferney et ceux qui, Ferneysiens, ont choisi d’aller vivre loin du village de leur enfance.

Si vous êtes Ferneysien d’ailleurs ou Ferneysien ailleurs, si c’est le cas d’un de vos voisins ou d’un de vos amis, prenez contact avec nous : Alex Décotte decotte@gmail.com +33642775611.

Merci.

2023: Voltaire à la Pharmacie

Jusqu’en 1959, le regard de Voltaire se heurtait à la ligne continue des maisons de la Grand’rue. Puis vint le percement de l’avenue Voltaire avec la démolition d’immeubles anciens, le prolongement de l’avenue et la construction du bâtiment qui allait abriter la pharmacie, initialement tenue par Jean Rocher et aujourd’hui par Christophe Revol.

Voilà quelques semaines, Fabienne Revol a sollicité « Ferney en mémoire » pour imaginer, dans la vitrine de la pharmacie, une exposition dans laquelle, du haut de son socle, Voltaire pourrait contempler l’évolution du quartier, du premier magasin Sagne (1924) en passant par le bus pour Gex remplaçant le « tacot à vapeur, la pompe à essence de Claudius Raphoz et les défilés du 11 Novembre…

Lire la suite…

Notre exposition au Clos Chevalier

Michel Malavallon met la dernière main à l’exposition

A l’invitation des responsables de l’EHPAD du Clos Chevalier, notre exposition « Anciennes familles ferneysiennes » est présentée aux résidents et aux visiteurs, sur deux étages, jusqu’au 28 février. Nul doute que ces souvenirs iront droit au cœur des habitués du lieu.

Jeanine Vaillant 1926-2023

Jeanine Vaillant avec une partie des enfants Labory. En haut, de gauche à droite : Paul, Pierre, Michèle, Daniel. En bas : Louis, Patricia. (Clos des Boules, 1953)

Jeanine Vaillant vient de nous quitter à l’âge de 96 ans. A ses deux filles, Nicole et Maryse, ainsi qu’à ses cinq-petits enfants, nous présentons toutes nos condoléances. Les funérailles auront lieu à Ferney le lundi 16 janvier. Pour plus de précisions, se référer à l’avis de la famille.

Originaire d’Italie, Jeanine était venue travailler à Genève, dans la restauration. C’est là qu’au début des années cinquante elle avait rencontré son futur mari ferneysien, Lucien Vaillant dit Lulu. La famille s’était alors installée à l’ombre de Voltaire, dans la Grand’rue. Jeanine travaillait au Café du Soleil, alors tenu par Maurice et Mini Traffey, mais entretenait de forts liens d’amitié avec la famille Labory, qui venait de reprendre, à deux pas, le Café du Florianet. Jeanine s’était beaucoup occupée de six des huit enfants Labory, que l’on voit sur cette photo datant de 1953.

Avec la disparition de Jeanine, c’est toute une époque qui s’éloigne un peu plus…