Ferney-Voltaire: Café du Soleil


Mimi et Maurice Traffey derrière le bar du Soleil en 1956. Cendriers, apéritifs anisés, bière pression et, au fond, une des premières machines à café.

Ferney ne serait pas Ferney sans le café du Soleil. Dans la joie, la peine, la fête et la fraternité, c’était le lieu de toutes les rencontres, de tous les jeux, de toutes les chamailleries, de toutes les complicités.

C’est au Café du Soleil qu’au petit matin les habitués prenaient leur premier café – ou leur premier coup de blanc – en lisant le Progrès de Lyon, puis le Dauphiné Libéré affectueusement surnommé le Daubé. A dix heures se retrouvaient dans la cuisine de Mimi Traffey – puis d’Osvalda Arbez – les cantonniers municipaux dont les efforts matinaux justifiaient l’omelette au lard ou l’entrecôte au gratin, assorties d’un solide litron de rouge.

Lire la suite…

Télécharger l’invitation…

Ce contenu a été publié dans Uncategorized. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à Ferney-Voltaire: Café du Soleil

  1. knecht michèle dit :

    Souvenir d’école: L’épicerie Roux était sur le chemin de l’école, et certains garnements en passant devant l’épicerie ouvraient doucement, très doucement la porte mais pas trop pour ne pas faire sonner la petite clochette qui avertissait d’un client; et là au bout de la vitrine le père Roux avait mis intentionnellement les bonbons que les garnements pouvaient voler. J’ai su bien plus tard que le père Roux les observait depuis sa cuisine à l’arrière du magasin. Lorsque j’y repense c’était innocent mais quel grand coeur ce père Roux car les enfants d’alors n’avaient pas beaucoup de sucreries.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.